L'ostéopathie,
l'acupuncture
et plus encore

Qu'est ce que l'ostéopathie ?

L’ostéopathie, fondée sur une connaissance approfondie du corps humain, constitue une approche globale de l’individu. Il s’agit d’une discipline médicale manuelle agissant sur les pathologies liées au système neuro-musculo-squelettique, également appelé système neuro-locomoteur. L’ostéopathie traite également les troubles des viscères tels que les troubles digestifs. 

De cette façon, la consultation auprès d’un ostéopathe est indiquée pour les personnes souffrant de troubles de nature fonctionnelle et les douleurs qui y sont liés. C’est-à-dire qu’il n’y a pas de dommage au niveau des organes et tissus, mais le corps ne fonctionne pas de façon optimale. L’objectif de l’ostéopathe est de chercher, tel un détective, ces zones qui ne fonctionnent pas de façon optimale. Ces zones sont des structures anatomiques avec une diminution de mobilité, ce que les ostéopathes appellent « raideurs ». Ces structures anatomiques trouvées, il suffira alors à l’ostéopathe de leur rendre leur mobilité avec des techniques spécifiques.

Le traitement ostéopathique s’adresse à tout le monde qu’importe l’âge et l’état de santé (adapté que le/la patient(e) soit jeune ou senior, enceinte, sportif, porteur d’un handicap, malade ou en pleine santé). En plus de soulager les douleurs, cette discipline médicale peut avoir un rôle préventif afin de maintenir une qualité de vie optimale aux personnes ne souffrant pas de troubles particuliers.

Qu'est ce que l'acupuncture ?

L’acupuncture, discipline médicale à part entière, repose sur une certaine philosophie, une certaine conception de la vie et de l’homme. Elle a fait ses preuves thérapeutiques dans le temps et dans l’espace depuis des millénaires. Car si l’âge exact de l’acupuncture est inconnu, il est convenu de l’estimer à 6000 ans, c’est-à-dire l’âge de pierre et l’époque néolithique. Son mode d’approche du malade, et sa technique lié à la puncture quasi indolore de points du corps à l’aide de fines aiguilles permet de soulager, de guérir des patients pour lesquels notre médecine est souvent désarmée. Initialement « voulue » comme une médecine préventive par les chinois, l’acupuncture est utilisée dans notre pratique quotidienne aussi bien dans les traitements préventifs que dans les traitements curatifs. Elle traite la pathologie aiguë et la pathologie chronique. Elle peut être utilisée sans problème depuis la naissance jusqu’au dernier jour de la vie du patient.

Le principe de l’acupuncture consiste donc à planter des aiguilles sur le corps du patient afin de faire réagir son organisme contre les déséquilibres, les désordres occasionnés par la maladie ou le traumatisme. Si le mécanisme de fonctionnement de l’acupuncture reste inconnu à ce jour, nous savons très  bien après plusieurs années d’expérience quels points il est nécessaire de piquer pour obtenir le résultat thérapeutique désiré.

L’acupuncture augmente les défenses de l’organisme, accélère le processus de guérison, de cicatrisation et de consolidation. Elle a un grand pouvoir antalgique, anti-inflammatoire et décontracturant. Elle permet de rendre les patients plus sereins, plus philosophes, plus détendus : grand pouvoir anxiolytique et aussi antidépresseur.

Déroulement d’une consultation

1. Anamnèse

1. Anamnèse

Interrogatoire visant à répertorier les raisons de la visite du patient et ses problèmes ainsi que prendre connaissance de ses antécédents médicaux, habitudes, etc. Ces informations constituent une base importante permettant au thérapeute de cibler son examen clinique.

2. Examen clinique

2. Examen clinique

Combinaison de techniques d’examen manuelles spécifiques à l’ostéopathie ou à l’acupuncture et de techniques d’examen cliniques basiques (mesure de la pression artérielle, écoute au stéthoscope).

3. Traitement

3. Traitement

Utilisation de différentes techniques, adaptées aux besoins du patient, visant à supprimer les problèmes et rétablir l’équilibre du corps.

Techniques à haute vélocité et basse amplitude (HVBA)

Une fois l’articulation douloureuse poussée dans ses limites d’amplitudes, une impulsion rapide est réalisée par l’ostéopathe. Celle-ci est de petite amplitude afin d’être totalement sécurisée et préserver l’intégrité de l’articulation.
Ce geste permet ainsi de libérer les tentions par un étirement brusque de toutes les structures intra et extra articulaires. Le « craque » qu’on entend lors de cette manipulation est l’implosion de la bulle de gaz à l’intérieur de l’articulation, celle-ci est créée par l’éloignement brusque des surfaces articulaires. Cette technique remettant à zéro les tensions articulaires a donc des effets neurophysiologiques bénéfiques.

Techniques myotensives

Ces techniques sont efficaces en cas d’urgence pour le traitement des douleurs aigues telles que les maux de tête, un torticolis ou encore une névralgie intercostale.

Elles utilisent, via des contractions, la force musculaire du patient en la focalisant sur l’endroit douloureux pour libérer les spasmes musculaires et structures en souffrance ainsi que renouveler les liquides et dispatcher ceux qui stagnent.

Ces techniques sont employées pour obtenir l’un de ses trois effets :

  • Déplacer l’articulation
  • Pompage myofascial
  • Action sur les tissus
Acupuncture

Utilisation d’aiguille à puncture sèche pour stimuler des points précis au niveau de toutes les zones du corps humain. L’acupuncture peut être dermique, profonde dirigée vers une structure anatomique ou encore périostée.

Techniques fasciales

Mobilisation et étirement des fascias (enveloppe des muscles) permettant la réharmonisation de l’organisation des tissus.

Techniques respiratoires

Le travail sur la respiration est utilisé par l’ostéopathe en complément des autres techniques afin de permettre un meilleur relâchement. Ce traitement concerne notamment les patients en post Covid ou asthmatiques afin d’améliorer leur confort et amplitude respiratoire.

Techniques de rebond

Techniques s’apparentant aux techniques HVBA où l’impulsion est donnée non pas par l’ostéopathe mais par la patient à l’aide d’une grande inspiration.

Techniques viscérales

Ces techniques sont utilisées pour relâcher les structures digestives et ainsi traiter les troubles digestifs en mobilisant l’organe dans toutes ses amplitudes possibles.

Techniques neurodynamiques

Mobilisation et étirement du nerf dans sa gaine permettant notamment le traitement d’une sciatique ou névralgie cervico-brachiale.

Acupuncture moderne

Technique d’acupuncture moderne selon Mann et Vandesrasier.

Cupping (ventouses)

Cette technique est issue de la médecine chinoise et a pour objectif d’amener le sang dans les structures qui n’en n’ont pas assez. La mobilisation des ventouses permet un étirement et un relâchement des tensions résistantes aux techniques faciales.


La fasciathérapie par ventouse glissée sera utilisée chez les coureurs au cabinet.

Thérapie par ventouses

Cette technique est issue de la médecine chinoise et a pour objectif d’amener le sang dans les structures qui n’en n’ont pas assez. La mobilisation des ventouses permet un étirement et un relâchement des tensions résistantes aux techniques faciales.


La fasciathérapie par ventouse glissée sera utilisée chez les coureurs au cabinet.

Gun de massage

Le pistolet de massage agit sur les structures superficielles trop tendues afin de pouvoir traiter de manière optimale les structures profondes.

Fibrolyse myo-aponévrotique

Utilisée pour le traitement des maladies chroniques, la fibrolyse myo-aponévrotique permet de décoller les muscles les uns des autres et de libérer les adhérences entre les muscles.

Dry needling

Technique d’acupuncture sèche utilisant des petites aiguilles d’acuponcture qui agissent sur les nœuds musculaires (points trigger myofasciaux) afin de permettre le renouvellement des tissus pathologiques en tissus sains.

Nutrithérapie

Rééducation nutritionnelle alliant conseils alimentaires adaptés au profil du patient et prescription de compléments alimentaires si nécessaire.

Techniques de gestion du stress

Apprendre à gérer son stress à l’aide d’exercices de respiration.

McKenzie

Traitement par le mouvement : le patient trouve de lui-même, accompagné de l’ostéopathe, le mouvement qui soulage sa douleur et ce geste constituera le traitement.